Gravure du XVIII ième.

Une jeune femme, dont la moitié du corps est un squelette, incarne le dualisme suprême lorsqu'elle se penche sur le miroir de la Vie et de la Mort. Cette gravure française relève d'un genre populaire montrant les ravages du temps. Levant tout doute sur ce point, la légende vient compléter le message qui conclut: "...notre vie a si peu de durée qu'en commençant à vivre l'on commence à mourir".